AccueilPlantes sauvages comestibles🌿 La quenouille - une plante de survie

🌿 La quenouille – une plante de survie

Publié le :

Autres articles

🌸 Guide pour jardiner sans pesticides

Voici le sommaire de ce guide consacré à la...

🔥 Techniques pour allumer un feu par friction

Allumer un feu par friction s’avère être un objectif...

🌿 Les plantains – des plantes comestibles et abondantes

Vous cherchez peut-être davantage à vous débarrasser du plantain...

🍅 Guide de la culture de la tomate

Voici le sommaire de ce guide consacré à la...

📖 Manuel de survie en milieu naturel – David Manise

Connaissez-vous le manuel de survie en milieu naturel, ouvrage...

La quenouille, aussi appelée massette (Typha latifolia), est une plante qui s’avère être une excellente source de nourriture en survie ou en situation d’autonomie. On la trouve facilement et de manière abondante un peu partout en France et en Europe.

À la fin de cet article, vous saurez comment repérer les lieux de pousse qu’affectionne la quenouille, ainsi que les caractéristiques vous permettant de la reconnaître.

Vous connaîtrez ses différentes propriétés, les façons de la consommer, la cuisiner et la conserver. Vous serez enfin capable de l’utiliser pour recouvrir votre toit, allumer un feu ou rembourrer vos vêtements. 

Comment reconnaître la quenouille ?

Quenouille, massette, nourriture de survie

Nous sommes déjà tous passés à côté sans forcément leur prêter beaucoup d’attention, les considérant vaguement comme des roseaux. Une fois que l’on a reconnu la massette pour la première fois, on la remarque partout.

Voici les différents critères qui permettent de l’identifier avec précision :
– Elle mesure généralement entre 1 et 2 mètres.
– Elle fleurit entre juin et août
– Ses grandes feuilles vertes linéaires dépassent la tige.

Iris des marais, à ne pas confondre avec la quenouille
L’iris des marais. Crédit photo : H. Zell – Wikipedia

On peut la confondre avec l’iris des marais. Mais les feuilles de l’iris ont une nervure centrale très prononcée, tandis que les feuilles de la quenouille n’en ont pas. Le pied de la quenouille est rond et ressemble à un poireau, tandis que le pied de l’iris est aplati. Le risque de confusion disparait après la floraison. L’inflorescence de la quenouille étant facilement reconnaissable. Ceci dit, les deux plantes poussent parfois l’une à côté de l’autre. L’iris est une plante toxique, veillez à bien identifier la massette à 100% avant de la consommer.

Une très bonne source de nourriture

Comme vous le verrez, tout est bon dans la quenouille. C’est la plante de survie par excellence : riche en amidon, abondante et disponible toute l’année.

Le rhizome

Le rhizome de la quenouille est très riche en amidon, ce qui est parfait pour survivre en situation dégradée. On peut le consommer toute l’année, mais il est moins fibreux en automne et en hiver.
Pour le consommer, il suffit simplement de l’éplucher pour enlever la partie extérieure trop fibreuse. Vous pouvez aussi manger le rhizome de la quenouille directement cru, en le mastiquant pour extraire l’amidon avant de recracher les fibres. Il est aussi très bon cuit. Dans ce cas, faites-le cuire quelques minutes dans l’eau ou à la vapeur.

L’avantage du rhizome de la quenouille est qu’il peut être séché puis réduit en poudre. On obtient alors une farine nutritive idéale pour faire des crêpes, épaissir les potages, etc. Pour se faire, enlevez l’enveloppe extérieure et faites sécher le rhizome au four pendant plusieurs heures à basse température. Vous pourrez ensuite le réduire en poudre avec un pilon ou un mixeur.

Pour la petite histoire, les archéologues ont découvert sur des sites datant entre – 300 000 et -30 000 ans av. J.-C., des pilons et mortiers avec des grains d’amidon provenant de la quenouille. L’Homme utilisait déjà la farine au Paléolithique, bien avant la découverte de l’agriculture.  

La massette est une plante qui pousse en abondance. Si vous avez un terrain, n’hésitez pas à reproduire les conditions parfaites pour la cultiver et ainsi en profiter le plus souvent possible. J’évoquerai plus tard les conditions de culture adaptées à cette plante.

Si vous cueillez la quenouille en pleine nature, veillez toujours à laisser les plus beaux pieds pour qu’ils puissent se reproduire. Si vous voyez une plante qui ressemble à la massette mais en beaucoup plus petit, il s’agit certainement de la petite massette. Une espèce en voie de disparition qu’il est interdit de cueillir.

Les pousses et les tiges

Vous pouvez facilement consommer la base de la tige crue en la pelant pour accéder à la délicieuse partie blanche située au centre. Elle a un petit goût frais qui rappelle celui du concombre. Les jeunes pousses se mangent de la même manière.

L’épi

Inflorescence mâle et femelle
Inflorescence de quenouille avec la fleur femelle en bas (en forme de passe) et la fleur mâle au-dessus, portant le pollen. Crédit photo : Wikipedia

L’épi de la quenouille ressemble à une masse. C’est la raison pour laquelle on l’appelle massette. Il s’agit de l’inflorescence femelle située sous l’inflorescence mâle. On peut manger cet épi avant qu’il n’arrive à maturité comme les épis de maïs, cru ou cuit quelques minutes à l’eau ou à la vapeur. On peut aussi le faire griller. Il a un goût proche du petit pois. Comme le maïs, la partie centrale est trop fibreuse pour être consommée.

Le pollen

La quenouille produit une très grande quantité de pollen. Vous pouvez l’utiliser pour ses vertus nutritionnelles. Ses bienfaits ne sont plus à démontrer : il est riche en glucides, enzymes, vitamines et en oligo-éléments. N’hésitez pas à le mélanger à de la farine ou à le saupoudrer sur vos différentes préparations. Pour le récolter, mettez simplement l’inflorescence dans un récipient et faites-y tomber le pollen.

La quenouille est une plante parfaite pour gagner en autosuffisance alimentaire. La cultiver est un excellent moyen de bénéficier d’un aliment sain et riche toute l’année, sans avoir à son occuper (contrairement aux légumes du potager).  

Où poussent les quenouilles et comment la cultiver ?

Vous trouverez les quenouilles au bord des mares, des étangs et des lacs, ainsi qu’au bord des cours d’eau lents et des marécages. On peut facilement le cultiver avec ou sans cours d’eau. Attention, c’est une plante très envahissante si on la laisse se développer.

Quelques conseils pour cultiver la quenouille

  • Sélectionnez un endroit bénéficiant d’une exposition maximale au soleil pour faciliter son développement. C’est une plante qui tolère toutefois la mi-ombre.
  • Plantez-là au printemps dans une terre humide ou immergée à 40 cm maximum. Si vous le plantez en zone non humide, pensez à humidifier la terre très régulièrement. Vous pouvez utiliser un arrosage goutte à goutte ou des oyas.
  • Espacez chaque plant d’au moins 1 mètre pour permettre à chacun d’entre eux de se développer.

Si vous n’arrivez pas à trouver des quenouilles à replanter près de chez vous, il est toujours possible de s’en procurer en jardinerie ou sur internet.

La quenouille n’est pas seulement utile à manger, elle permet de maintenir et de protéger les berges de l’érosion. On peut utiliser ses différentes parties à diverses fins.

Utiliser la quenouille

La quenouille séchée est parfaite pour recouvrir les toits. Crédit photo : dewara

Un système de phytoépuration

La quenouille est aussi connue pour sa capacité à absorber les différents polluants et toxines. Raison pour laquelle il faut éviter de la consommer si elle pousse dans un tel milieu.

On peut utiliser ses propriétés dépolluantes chez soi, en créant un système de phytoépuration des eaux usées. Vous ne pourrez évidemment pas consommer ces quenouilles.

Les autres usages de la quenouille


La paille de la massette est parfaite pour recouvrir le toit des cabanes ou des habitats alternatifs.

Le coton de la quenouille. Crédit photo : Tristan Jaton-Maria, Tela-botanica

Les épis sont des allume-feux naturels

Le coton des fruits peut servir à garnir les vêtements par temps froid, garnir les oreillers, etc.

On peut tisser les feuilles pour créer un matelas ou faire de la vannerie.

La tige séchée est utile pour confectionner des flèches. Vous pouvez voir le procédé ici.

Conclusion et infographie

La quenouille est une plante à connaître en survie. Très abondante, on peut la consommer à tous les stades crue ou cuite. Ses différentes parties sont aussi utiles pour confectionner divers objets.

J’ai créé des flashcards pour faciliter la mémorisation des informations de cet article. Le système de répétition espacée de ce service permet d’apprendre sans effort. Accédez-y à tout moment sur votre smartphone ou votre ordinateur.

Pas encore inscrit(e) sur Quizlet ?
inscrivez-vous ici.

Voici une infographie résumant les éléments essentiels de cet article.

La quenouille ou massette en infographie : une très bonne plante de survie.


Yvann
Yvannhttps://surviepedia.com
Créateur du site Surviepedia. Actuellement en formation au Collège Pratique d'Ethnobotanique avec François Couplan. J'essaie de partager mes connaissances avec le plus grand nombre sur un ton résolument optimiste. N'hésitez pas à consulter ma philosophie

S'inscrire à la newsletter

- Recevez mes derniers articles, astuces et conseils

- Vous serez informé(e) en avant première de mes futurs projets

- Je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue.

J'accepte les conditions de confidentialité.

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici